Le Serment des Amphictyons

 

 

Je jure, de ne jamais détruire aucune des Villes du Corps des Amphictyons, & de ne détourner le cours ni empêcher l’usage de ses Eaux courantes, ni en temps de Paix, ni en temps de Guerre. Et si quelque Peuple venait à entreprendre quelque chose de semblable, je lui déclarerai la Guerre, & je détruirai ses Villes. Que si quelqu’un pille les richesses appartenantes au Dieu, ou se rend complice en quelque maniére de ceux qui oseront toucher aux choses sacrées du Temple, ou les aides de ses conseils; je m’emploierai à en tirer vengeance, & de mes pies, & de ma main, & de ma voix, & de toutes mes forces…. Au reste, si quelqu’un, soit Ville, soit simple Particulier, soit Nation entière, viole les engagements de ce Serment, qu’on maudisse cette Personne, cette Ville, cette Nation, comme exécrables, & dignes de toute la vengeance d‘Apollon, de Diane, de Latone, & de Minerve adorée dans le Temple du Vestibule. Que leurs Terres ne produisent aucuns fruits; que leurs Femmes n’accouchent point d’Enfants qui ressemblent à leurs Pères, mais de monstres; que, dans leurs Troupeaux même, aucune Bête ne mette bas que des animaux formés contre nature. Que de telles gens aient toujours du dessous, & à la Guerre, & dans leurs Procès particuliers, & dans les Délibérations Publiques; qu’ils soient entièrement exterminés, eux, leurs Maisons, & leur Race: qu’ils ne sacrifient jamais, comme il faut, à Apollon, à Diane, à Latone, à Minerve adorée dans le Temple du Vestibule; & que jamais ces Divinités n’aient pour agréables leurs offrandes.

 

[Zitiert in französischer Übersetzung des griechischen Originals (siehe dieses ebendort) nach: Barbeyrac, Supplément au corps universel diplomatique du droit des gens, Tome I. Amsterdam (MDCCXXXIX), S. 2.]

 

 

.

Kommentar verfassen

%d Bloggern gefällt das: