Zu der Resolution 1890 (2009) des Sicherheitsrats der Vereinten Nationen, der NATO und dem Roten Kreuz; Teil II

 

 

 

 

 

Jüngst bin ich auf ein interessantes Dokument (Ministère des affaires étrangères, Documents diplomatiques. Accords relatifs à la mer du Nord, [Paris 1908]) gestoßen, aus dem ich vollständig zitieren will, wie folgt:

« N° 1.

M. Jules Cambon, Ambassadeur de la République française à Berlin,

à M. Stéphen Pichon, Ministre des Affaires Étrangères.

Berlin, le 23 avril 1908.

Les représentants de l’Angleterre, des Pays-Bas, de la Suède, du Danemark et moi venons de signer, avec M. de Schoen, la Déclaration et le Mémorandum relatifs à la Mer du Nord.

Jules Cambon.

—————–

N° 2.

M. Stéphen Pichon, Ministre des Affaires Étrangères,

aux Ambassadeurs de la République française à Vienne, Madrid, Washington, Londres, Rome, Tokio, Saint-Pétersbourg et Constantinople;

aux Ministres plénipotentiaires de la République française à Bruxelles, Copenhague, Christiania, La Haye et Stockholm.

Paris, le 4 mai 1908.

J’ai l’honneur de vous adresser, ci-dessous, une copie du texte définitif des accords, relatifs à la Mer du Nord, qui ont été signés à Berlin, le 23 avril dernier, par les représentants des différentes Puissances intéressées.

S. Pichon.

——————-

N° 3.

Déclaration.

Les Gouvernements d’Allemagne, de Danemark, de France, de la Grande-Bretagne, des Pays-Bas et de la Suède, animés du désir de consolider les liens de bon voisinage et d’amitié existant entre leurs Etats respectifs et de contribuer par là la conservation de la paix générale et reconnaissant que leur politique par rapport aux régions limitrophes de la Mer du Nord a pour objet le maintien du statu quo territorial actuel, déclarent qu’ils sont fermement résolus à conserver intacts et à respecter réciproquement les droits souverains dont jouissent actuellement leurs Pays sur leurs territoires respectifs dans ces régions.

Dans le cas, où d’après l’opinion d’un des Gouvernements désignés ci-dessus, le statu quo territorial actuel dans les régions limitrophes de la Mer du Nord serait menacé par des événements quelconques, les Puissances signataires de la présente Déclaration entreront en communication pour se concerter par la voie d’un Accord à conclure entre elles sur des mesures qu’elles jugeraient utile de prendre dans l’intérêt du maintien du statu quo de leurs possessions.

La présente Déclaration sera ratifiée dans le plus bref délai possible. Les ratifications seront déposées à Berlin le plus tôt que faire se pourra et au plus tard le 31 décembre 1908. Il sera dressé du dépôt de chaque ratification un procès-verbal dont une copie certifiée sera remise par la voie diplomatique aux Puissances signataires.

En foi de quoi les Plénipotentiaires dûment autorisés à cet effet ont signé, etc.

Fait à Berlin, le 23 avril 1908.

———————-

N° 4.

Memorandum.

Au moment de signer la Déclaration de ce jour les soussignés, d’ordre de leurs Gouvernements respectifs, croient devoir préciser:

1° Que le principe du maintien du statu quo, consacré par ladite Déclaration, ne vise que l’intégrité territoriale de toutes les possessions actuelles des Hautes Parties contractantes dans les régions limitrophes de la Mer du Nord et que, par conséquent, la Déclaration ne pourra d’aucune manière être invoquée lorsqu’il s’agirait du libre exercice de droits de souveraineté des Hautes Parties contractantes sur leurs possessions respectives susmentionnées;

2° Qu’en regard de ladite Déclaration la mer du Nord sera considérée comme s’étendant vers l’Est jusqu’à son alliance avec les eaux de la mer Baltique.

Fait à Berlin, le 23 avril 1908. »

§ § §

Daraus ergibt sich, was folgt:

Man verfolgte bereits 1908 die Doktrin, dass zu Friedenszeiten strukturiert organisierte Verteidigungsbündnisse völkerrechtswidrig sind, weil sie das Gleichgewicht der Staaten empfindlich beeinträchtigen.

Man ließ die Grenze der Nordsee zum Atlantik hin offen, offenbar weil man auf Nordamerika zählte.

Deutschland erscheint als Depositar und somit zweifelhaft (auch unter Berücksichtigung Österreich-Ungarns) als alleiniger Aggressor für beide Weltkriege. In diesem Zusammenhang wäre von hohem Interesse, wer der ominöse Herr Schoen war.

Der erste Punkt des Memorandums scheint eine territoriale Vereinheitlichung zu einem europäischen Superstaat, zugleich aber im Auge zu haben, dass ein solcher von der Deklaration nicht betroffen wäre!

Daraus erklärt sich denn wohl auch, warum und dass die USA nicht Teil der strukturellen Befehlsorganisation der NATO sind.

Präsident Klaus sitzt (1) auf einem äußerst hohen Stuhle.

————————————–

(1) Dieses Memo verfasste und versandte ich (per E-Mail) am 12.11.2009, also unmittelbar bevor Präsident Klaus die Ratifizierung des Vertrags von Lissabon unterzeichnete.

Kommentar verfassen

%d Bloggern gefällt das: